Nos ambassadeurs

Des personnalités de différents milieux se sont engagés pour l'ISJM et la Journée suisse de la lecture à voix haute. Les ambassadrices et ambassadeurs ont chacune et chacun fait une lecture en vidéo.

Jean-Marc Richard

Animateur et producteur Radio TV

 

« La lecture est une nourriture de l’âme. Elle donne la force de l’imaginaire et de la créativité. Lire nous aide à mieux vivre ensemble et à lutter contre la morosité et les enfermements. Celui qui lit s’anime intérieurement sur le chemin de celui qui écrit.  L’école n’a pas toujours donné un sens à la lecture, elle a trop souvent dégouté des élèves qui se sont ensuite détourné du plaisir et de la joie de lire. Il me paraît essentiel de donner le goût, l’envie et de partager ce que l’on aime. C’est dans ce sens que, pour moi, une Journée de la lecture prend une dimension particulière. Mettons-nous ensemble pour réapprendre ou pour perpétuer le bonheur de lire. »

Lauriane Gilliéron

Actrice

 

« Lire, c’est développer son imagination pour pouvoir rêver et s’évader si parfois le monde perd de ses couleurs. »

Franck Giovannini

Chef du Restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier

 

« Tout comme les recettes sont à l'origine de moments de plaisir et de découvertes surprenantes, les livres et la lecture sont le point de départ d'apprentissages et d'aventures merveilleuses. »

 

Bénédicte

Dessinatrice de presse

 

« Ma mère m'a longtemps lu des livres le soir, c'était un moment de complicité que nous apprécions toutes les deux. Je me souviens de L'histoire sans fin de Michael Ende. Je ne supportais pas le rythme d'un seul chapitre par soir et j'ai subtilisé le livre dans la bibliothèque pour le lire sous les draps jusque tard dans la nuit. En trois jours, il était terminé. Mais le plaisir de la lecture du soir restait intacte, et je me réjouissais de ces moments où je redécouvrais le texte à travers sa voix, et savourait les détails des passages que j'avais dévorés en solitaire. »

Valott

Dessinateur de presse

 

« La lecture à voix haute peut magnifier les textes. La voix, l’élocution, le rythme, les rires, autant d’ajouts qui rendent la forme aussi importante que le fond. »

Phanee de Pool

Auteure compositrice interprète

 

« La lecture stimule l’imaginaire et nourrit l’âme. Mais à haute voix, elle transforme des ondes comme une radio fait vibrer son haut-parleur. D’émetteur à récepteur, la voix intérieure d’un auteur résonne. Ses émotions multiplient celles du lecteur, dont les sens et le corps s’éveillent pour illuminer les cœurs. Un vrai partage dans LA VIE. »

Simon Romang

Comédien et humoriste

 

« Longtemps, lire à haute voix devant les autres a été traumatisant. Comme dyslexique, le plaisir de la lecture n'a pas été immédiat. Heureusement on m'a beaucoup raconté d'histoires. Et c'est mon amour des récits et des mots qui m'a donné le courage et l'envie de surmonter mes difficultés ( de lecture ). C'est donc une belle victoire pour moi aujourd'hui que l'écriture soit une part si importante de ma vie. Alors si vous galérez à lire ou écrire, ne laissez rien ni personne vous décourager! Vous allez y arriver et ça deviendra même fun! »

 

Nicolas Feuz

Écrivain

 

« La lecture à haute voix est capitale, elle confère une autre dimension au texte. Elle permet aussi à l’écrivain, dans la phase des corrections de son prochain livre, de constater si les phrases coulent ou crochent. »

Caroline Rutz (caro)

Dessinatrice de presse

 

« Lire à voix haute, c’est avant tout transmettre les mots d’un auteur à quelqu’un d’autre. Quand mes enfants étaient petits, je leur lisais une histoire avant de dormir. Ils pouvaient choisir eux-mêmes l’histoire que j’allais leur lire. Souvent, ils choisissaient le texte le plus long, afin de gagner quelques minutes avant d'éteindre la lumière. Au bout d’un moment, on avait fait le tour de toutes les histoires. Malgré le fait qu’ils en connaissaient certaines par cœur, ils aimaient ce moment de partage. »

Christa Rigozzi

Présentatrice et animatrice

 

« Pour moi, lire aux enfants signifie les emmener dans un autre monde. C'est amusant et cela leur donne aussi la chance d'apprendre de nouveaux mots et les aide à se concentrer dès leur plus jeune âge. Je suis très fière de participer à la Journée suisse de la lecture à voix haute. »

Patrick Warnking

Directeur de Google Suisse

« En tant que père de cinq enfants, la lecture à voix haute a joué un rôle important dans ma vie de famille. La lecture à voix haute est cruciale : elle favorise les compétences de lecture et joue un rôle essentiel dans le développement personnel de chaque enfant. Je suis donc ravi de pouvoir apporter mon soutien à cette édition de la Journée suisse de la lecture à voix haute de l’Institut suisse Jeunesse et Médias ISJM ! »

Lara Dickenmann

Footballeuse (VfL Wolfsburg)

 

« Les histoires sont pour moi des voyages dans le temps ou vers d’autres endroits du monde. Les histoires lues à voix haute me font rêver, m’aident à avoir de nouvelles idées créatives, à comprendre l’autre, à prendre du temps pour les autres, à me concentrer mais aussi à lâcher prise. En racontant des histoires, nous donnons beaucoup aux enfants : des compétences sociales, l’amour des livres, une présence et du temps partagé… - Et c’est ce sur quoi je désire attirer l’attention avec mon engagement pour la Journée suisse de la lecture à voix haute. »

Arthur Honegger

Journaliste et auteur

 

« Rien ne stimule autant l'imagination que les livres. Les univers créés dans l'esprit de nos enfants sont tous uniques et sont à l'origine de la créativité qui façonnera notre propre monde. La lecture fait partie de la vie. Je suis ambassadeur de la Journée suisse de la lecture à voix haute pour la troisième fois et je suis ravi de pouvoir partager le plaisir de la lecture cette année encore. »

Dominique Gisin

Ex-skieuse suisse et championne olympique

 

« C’est à un an et demi que j’ai skié pour la première fois à Engelberg. Beaucoup de gens savent que mon plus grand rêve a toujours été de devenir skieuse professionnelle. Ce que l’on sait moins, c’est que j’étais un vrai rat de bibliothèque durant mon enfance. J’aimais lire des histoires qui m’encourageaient à suivre ma propre voie. En participant à la Journée suisse de la lecture à voix haute, je désire montrer aux enfants et jeunes que les livres peuvent nous aider à trouver notre voie. »

Patti Basler

Slameuse et poétesse

 

« ‹ Lisez quelque chose ! ›, demandent les enfants ou les participants d’un atelier. Lire à voix haute ! Donner vie à une histoire, donner la parole aux personnages ! Enfant, j’aimais écouter mes parents et les enseignants. Ce que j’aimais encore plus, c’était la lecture elle-même. Maintenant, j’en ai fait ma profession. C’est un grand plaisir pour moi de pouvoir transmettre aux jeunes mon amour de la langue vivante. »

Nik Hartmann

Animateur

 

« En lisant des histoires à nos enfants, nous les emmenons avec nous dans des pays merveilleux, sur les sommets de l’imagination et, au cours de ce voyage, nous leur faisons découvrir un immense trésor : un vocabulaire riche et varié. Mot à mot, nous lisons à voix haute et mot à mot leur trésor grandit. Plus il sera grand, plus les enfants auront de la facilité plus tard. Alors lisez à voix haute ! Chaque mot compte. »

 

Susanne Kunz

Actrice et animatrice

 

« Quand j’étais enfant, on me racontait et me lisait beaucoup d’histoires. Soit au lit avant d’aller dormir, soit sur le canapé quand j’étais malade, soit à l’école pendant que nous dessinions. Écouter une voix, laisser nos propres images émerger dans nos têtes, accompagner émotionnellement les personnages, j’ai toujours trouvé cela très inspirant. L’imagination est stimulée et en même temps on se repose. Le fait que mes parents ou enseignants prennent le temps de nous lire à voix haute m’a toujours fait me sentir à l’aise et en sécurité. C’est pourquoi j’ai toujours lu des histoires à mes enfants, pour leur transmettre cette belle tradition. »

Mathias Seger

Ex-joueur de hockey sur glace de l’équipe nationale et membre du Temple de la renommée de l’IIHF

 

« Mes enfants adorent les livres et les histoires. Ils aiment particulièrement quand je leur fais la lecture le soir et que je les accompagne avec une histoire jusqu'au sommeil. En tant que père, je constate toujours que mes enfants sortent grandis des histoires. Ils apprennent à sympathiser avec de nouvelles personnes et élargissent leur horizon en faisant la découverte de l'inconnu en douceur. Par mon engagement pour la Journée de la lecture à voix haute, j'aimerais transmettre cette joie et j'espère que de nombreux parents participeront en lisant à leurs enfants. »

Marco Fritsche

Journaliste et animateur

 

« Si l’on dit souvent que la lecture instruit , il faudrait ajouter la lecture crée du lien . C’est particulièrement vrai pour la lecture à voix haute. Je me souviens que ma tante Roswitha me lisait des histoires quand j’étais enfant. Cela m’a ouvert à de nouveaux mondes et m’a fait découvrir la lecture. Elle m’a donné un trésor plus précieux que l’or. C’est pour cela que je suis, de tout cœur, ambassadeur de la Journée de la lecture à voix haute. »

Ritschi

Chanteur, auteur-compositeur

 

« La lecture à voix haute est presque comme une chanson. Elle permet à chacun de se faire des films dans sa tête. Pour un même texte, chaque personne voit, ressent et vit des choses différentes. J'adore lire des histoires à mes enfants et les voir créer leurs propre univers dans leur tête. »

Antoinette Hunziker-Ebneter

CEO et partenaire fondateur de Forma Futura et présidente du Conseil d’administration de la Banque cantonale bernoise

 

« Comme j’aime me rappeler des soirées où je faisais la lecture à mon fils Kurt. Un rituel que nous avons répété plus de dix ans. Comme je travaillais à l’extérieur de la maison durant la journée, ces moments passés ensemble étaient précieux pour nous deux. J’ai été très heureuse quand son enseignant à l’école primaire a remarqué à son vocabulaire qu’on devait lui lire beaucoup. Il remarquait que les enfants qui ne profitaient pas de lectures régulières à la maison écrivaient des dissertations plus courtes et moins créatives. Le vocabulaire est primordiale pour la communication dans la famille, à l’école et plus tard au travail. Il me tient à cœur d’apporter ma petite contribution au sujet important qu’est la lecture à voix haute. »

Marco Wölfli

Gardien de football (BSC YB)

 

« Je trouve merveilleux la manière dont enfants qui écoutent des histoires avec enthousiasme s'immergent dans leur imagination. Passer du temps avec les enfants et vivre avec eux des moments en des mondes différents et magiques, voilà ce que signifie la lecture à voix haute. Les enfants découvrent ainsi l'univers passionnant et coloré des livres et deviendront (peut-être) eux-mêmes des lecteurs (à voix haute). »

Daniele Dell’Agnola

Écrivain, conférencier à la haute école spécialisée de la Suisse italienne

 

« Je lis des histoires à mes enfants, un rituel quotidien, une ligne d’amour. La bonne nuit est plus belle. Je lis à voix haute des poèmes d’Ungaretti, Pascoli, Tognolini, Carminati, des contes comme "La pecora nera" de Calvino, "La stanza d’inverno" de Gary Paulsen, "La canzone di Orfeo" de David Almond pour que mes enfants puissent découvrir leurs propres pensées. L’école doit résister à la désintégration. J’écoute l’actrice avec laquelle je travaille interpréter "Il fondo del sacco" de Plinio Martini et je mets de la musique sur scène, me découvrant comme un auditeur qui visualise. Et je cherche ma voix, même quand j’écris. C’est un enchantement inaltérable. »

Elias Bertini

Compositeur, producteur et journaliste

 

« Un jour, ma mère a avoué que dans sa jeunesse, lorsqu’elle venait de se marier, mon père avait l’habitude de lui faire la lecture pendant qu’elle faisait le ménage. Des romans, principalement. J’ai toujours considéré cette habitude, authentique de simplicité, comme un geste incroyablement tendre. Il lisait très bien à voix haute, mon père, comme s’il avait hérité de cette démarche martiale qui appartenait aux héros hollywoodiens des films en noir et blanc qu’il regardait toujours. En cela, j’ai suivi ses traces ; je voudrais raconter le monde comme il l’a fait, de fond en comble. »

Raffaella Castagnola Rossini

Directrice de la division de la culture et des études universitaires du canton du Tessin

 

« Depuis la fin de mon enfance et mes années d’études, j’ai développé une habitude : la récitation de vers extraordinaires, comme ceux de Dante par exemple. Comme l’a dit Borges : « N’oubliez pas que la poésie est un art oral avant d’être un art écrit. N’oubliez pas que c’est une chanson ». Et c’est justement la meilleure façon de créer un poème : le lire à voix haute, seul ou devant un public. De cette façon, nous rapprochons la littérature et nous-même de la musique et nous absorbons ses vibrations profondes et positives. »

Gerry Mottis

Professeur d’italien, auteur et poète

 

« La lecture à voix haute véhicule des connaissances, des traditions, de l’histoire, des cultures, de l’art et donc des valeurs humaines. La lecture aux petits de contes de fées et de fables (et plus tard de littérature jeunesse) leur apprend la bonté, la compréhension, le respect mutuel, mais aussi la beauté, éléments essentiels dont nous avons besoin aujourd’hui comme l’air que nous respirons. »

Rosy Nervi

Actrice, animatrice radio et télévision, journaliste

 

« La lecture à voix haute est une occasion de partager… Partagez la magie d’une histoire avec ceux qui vous écoutent et ensemble, vous voyagerez avec votre imagination dans un périple unique rendu spécial par l’auditeur ! Celui qui lit reste ouvert à la culture. Celui qui lit est destiné à voler haut ! »

Margherita Saltamacchia

Actrice

 

« J’ai grandi sans télévision et, dès mon plus jeune âge, on me racontait des histoires ou j’en écoutais sur cassettes et CD. En grandissant, j’ai eu le désir d’imiter cet art qui avait le pouvoir de me faire voyager dans des mondes inventés grâce à l’imagination. Quand j’ai réalisé que les autres pouvaient voyager avec moi, j’ai commencé à les prendre par la main les uns après les autres, faisant d’une passion mon métier. »

Christian Testoni

Animateur et producteur radio

 

« Père de quatre enfants, je leur ai toujours lu à voix haute, durant nos moments de détente ou avant de s’endormir. Je suis convaincu que ces instants resteront toujours pour eux un doux souvenir. La lecture est un tapis volant sur lequel on grimpe pour s’aventurer dans des mondes fantastiques ! »

Luca Cereda

Entraîneur de la 1ère équipe du Hockey Club Ambrì Piotta

 

« La lecture stimule l’imagination et la capacité à apprendre de nos jeunes. C’est une richesse à leur transmettre. La lecture à voix haute est un partage d’émotions et de passions que les livres peuvent contenir et véhiculer. L’image d’un enfant qui écoute une histoire avant de s’endormir est quelque chose de magique et d’inestimable ! »

Erik Bernasconi

Réalisateur et scénariste

 

« Les voix de ma mère et de mon père m’ont raconté des histoires. Parfois, ils les inventaient, souvent les mots venaient de livres que je ne savais pas encore lire. J’ai toujours aimé entendre les mots lus à voix haute, même si j’ai ensuite appris à déchiffrer ces signes qui ne m’étaient alors plus inconnus. Aujourd’hui encore, j’aime me laisser bercer par les mots qui flottent, que je les saisisse avec mes oreilles ou que je les prononce moi-même, une façon de rendre la pareille. »

Paolo Meneguzzi

Chanteur

 

« Je vis la lecture à voix haute d’une manière très romantique. Chaque soir, mon fils m’écoute lui lire un conte de fées. Chaque soir, il veut presque la même histoire, mais ce n’est qu’un détail car chaque nuance pour lui est une différence importante. Le message d’un conte change selon que le texte est lu à voix haute ou non. Un peu comme en musique, quand on chante un texte tel que “il ballo del qua qua” d’une voix joyeuse ou triste. Selon l’interprétation, l’histoire devient gaie ou très dramatique. Le plus important, quand le conte est terminé, c’est que mon fils me dit toujours “On peut faire un câlin et dormir, papa ? »

Cristina Zamboni

Actrice

 

« Lire des histoires est pour moi un acte poétique. Nous avons besoin d’histoires, nous avons besoin de rêver, nous avons besoin de préserver le merveilleux fruit de l’imagination. Aujourd’hui plus que jamais. Quand je choisis une histoire, je la choisis parce qu’elle suscite des émotions en moi et quand je la raconte, j’essaie de laisser toutes les images que je rencontre avoir un effet sur moi, chaque fois dans un voyage différent, selon les conditions et les regards que je croise. Les histoires changent constamment, en fonction du terrain qu’elles traversent. La plus grande joie, c’est de rencontrer des yeux qui, le temps d’une lecture, se sont détachés de la réalité et ont voyagé avec vous, dans un ailleurs plus élevé. C’est une nourriture et un baume, à chaque rencontre. »

Andrea Bignasca

Musicien

 

« La lecture à voix haute donne une nouvelle vie à un texte, le réveille, l’élève et le transforme. C’est la chose qui se rapproche le plus du chant. C’est pourquoi je suis musicien et non écrivain ou poète. Le rythme, le ton, l’inflexion informent le texte, le transforment et facilitent sa traduction en pensées et en images. Une chanson chantée, une histoire racontée, lue à voix haute, sont parmi mes souvenirs les plus forts. »